Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 21:04
Cher visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer soit par Catégories,

soit par la page 
 PLAN  DU  SITE.

Ne perdez pas non plus de vue le Top 10 des liens et pensez à vous abonner à la Newsletter!



LFN-WB-1.jpg
 

«Elle est jeune, elle est belle, très dangereuse... et condamnée à une existence difficile dans un monde dur et clandestin où beauté et danger se côtoient à chaque tournant. Accusée à tort du meurtre d'un policier, Nikita est enlevée et forcée d'adopter une nouvelle vie en tant qu'agent secret pour un service secret du gouvernement nommé Section One... Là où la fin justifie les moyens. Sous la tutelle du fascinant et mystérieux Michael, c'est allant à l'encontre de ses valeurs et principes qu'elle se transformera en machine à tuer très raffinée, vouée à se battre contre toute forme de terrorisme.
Son seul défaut: la compassion...»

 




 

 

28 août 1999

 


Ce qu'il faut savoir sur la série Nikita


 

La série s'inspire largement du film imaginé et réalisé en 1990 par Luc Besson, «Nikita», dans lequel Anne Parillaud défendait le rôle-titre. Dans ce long métrage, l'actrice française campe une héroïnomane qui a été arrêtée après un vol à main armée ayant mal tourné et qu'on a ensuite obligée à travailler pour les services secrets.

 

Peta Wilson, qui tient le rôle de Nikita dans la série télévisée, est harcelée par un policier qui exerce sur elle un affreux chantage. Elle est injustement condamnée pour le meurtre de cet homme de loi et se voit récupérée par une organisation gouvernementale secrète baptisée Section Un, qui entend profiter de ses talents de. .. tueuse. «On croit qu'elle est passablement douée sur ce plan-là», de dire Opérations, celui qui deviendra son patron et que l'on ne connaît que sous ce nom de code. En fait, étant donné que Nikita est victime d'une erreur judiciaire, elle n'a pas nécessairement le profil de l'emploi. Mais, avec l'aide des données qui leur ont été remises, les experts de la logistique et de l'informatique en sont arrivés à la conclusion «qu'elle est parfaite pour ce qui l'attend». De toute manière, Nikita n'a pas le choix: la Section Un, qui a fait croire à son suicide, la liquidera froidement si elle n'obéit pas aux ordres.


Coincée dans un engrenage

 

Il appartiendra aux spécialistes de la Section Un de former Nikita afin qu'elle puisse remplir les missions qui l'attendent. Elle travaillera sous les ordres d'Opérations, le patron de la boîte, et avec un quatuor d'élite formé de la stratège Madeline, de l'informaticien Birkoff, du concepteur Walter et du responsable des missions Michael.


Alors que Madeline lui apprend à se servir de la séduction pour arriver à ses fins - ainsi, Nikita découvre ce qu'il faut porter et, surtout, quand et comment le porter -, Michael supervise son travail de guerrière: il lui enseigne le maniement des armes et les arts martiaux. Son but? En faire une professionnelle sur qui on peut compter: «La Section Un est une chaîne, et un seul maillon défectueux compromet toute la chaîne», cherche à lui faire comprendre Opérations. Nikita doit considérer son nouveau métier comme un travail ordinaire, rien de plus... Pour son propre bien, elle devra donc apprendre à oublier chaque jour les événements dont elle a été témoin ou qu'elle a elle-même provoqués la veille.

 

Au fil des épisodes, un lien de plus en plus étroit et une certaine tension amoureuse s'installeront inévitablement entre Nikita et son maître, Michael. C'est à Opérations et à Madeline que revient le soin de rappeler aux deux agents que les sentiments n'ont pas leur place dans une organisation comme la Section Un. Mais y parviendront-ils?


La super-héroïne du nouveau millénaire


Pour Joel Surnow, le créateur de la télé-série, le succès de «Nikita» s'explique certainement en grande partie par la force incroyable des personnages et par la qualité soutenue de l'écriture et des effets spéciaux. Le fait que Nikita soit la première super-héroïne de la télévision contribue aussi sans aucun doute à expliquer les cotes d'écoute élevées.


«L'agent secret Pepper Anderson qu'incarnait Angie Dickinson dans Police Woman pendant les années 70, note Joel Surnow, était avant tout une femme de tête. Nikita, pour sa part, est essentiellement une femme d'action, comme l'est le personnage qu'a incarné Linda Hamilton dans The Terminator, et celui qu'a interprété Sigourney Weaver dans L'étranger: le huitième passager (Alien). Nikita apprend à utiliser son corps comme un instrument qui peut la sortir de toutes les impasses et à se servir de sa beauté comme d'une arme dont elle maîtrisera vite le maniement. Nikita est la super-héroïne du nouveau millénaire.»


La télé-série a été tournée à Toronto, et chacun des épisodes, qui dure une heure, a coûté 1,9$ million. Au cours d'une émission, on présente une histoire originale truffée de rebondissements, de corps-à-corps, de poursuites et de chassés-croisés de toutes sortes. «Tout est mis en oeuvre pour que le téléspectateur soit littéralement rivé à son siège», confesse M. Surnow. Il ajoute que le personnage de Nikita est idéal pour la télévision: «Le cinéma privilégie l'action, et c'est grâce à celle-ci qu'on comprend la psychologie des personnages. La télévision, elle, montre directement ce que les gens sont vraiment. La télésérie «Nikita» est un heureux mélange d'action et de psychologie. En dépit des zones d'ombre qu'il comporte, le personnage principal est tout aussi fascinant qu'attachant. Le public ne se lasse jamais du «bon» qui a un passé de «méchant».

 

Un pari difficile à gagner

 

Joel Surnow, qui a été associé au succès de la série policière Miami (Miami Vice) pendant les années 80, constate que ses scénaristes ont gagné le pari: ils ont su faire accepter au public américain le concept de l'espionnage international. «En général, le public téléphile nord-américain, dit-il, n'aime pas les actions compliquées qui se déroulent aux quatre coins du monde. Il veut savoir dès le début de l'émission qui sont les bons et qui sont les méchants. Dès qu'on tombe dans des intrigues à la John Le Carré (un écrivain britannique qui a connu un grand succès grâce à ses romans d'espionnage au cours des dernières décennies), on se tire dans le pied...»


Pour entourer Nikita, M. Surnow a choisi des personnages très forts..........................

 

PAR RAYMOND PELLETIER

 

 

1999-08-7Jours-Roy.jpg
 
 
Nikita-008-Operations.jpg


1999-08-7Jours-Madeline-b.jpg
 
 
Nikita-008-Walter.jpg
 
 
Nikita-007-Birkoff.jpg
 
 
 
Source:


Extrait d'un article de 12 pages (-1 manquante) d

Magazine 7 Jours / Spécial Nikita 

 
 

 

Chers visiteurs,

L'article complet fait  partie  d'une  collection-papier privée de 645  pages  de  journaux  &  magazines  (1990-2016)  qui  est

actuellement  EN VENTE SUR E-BAY.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angeline 06/04/2017 13:49

j'aime me promener ici. un bel univers. venez visiter mon blog. merci

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Un hommage fort et pleinement mérité au génie, au raffinement et au talent de tous ceux et celles qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette remarquable, unique et inoubliable série qu'est «La Femme Nikita». Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à l'acteur québécois Roy Dupuis qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives