Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 21:14
 
 


Michael et Nikita sont en faction devant une ambassade: ils guettent la sortie d'un certain Tossi, lequel devrait pouvoir les conduire à Léon Elder, un terroriste actif dans la région des Balkans activement recherché par la Section One.

Mais, sur le chemin du retour, au coin d'une rue déserte, Nikita est agressée par un homme qui, tournevis en main, menace de la violer et de la tuer: contrainte de se défendre, elle riposte en le massacrant de coups, et sous l'effet de la rage, est prise d'une sérieuse envie de lui planter une balle dans la tête. L'incident aurait pu s'arrêter là si une femme n'avait pas observé toute la scène de sa fenêtre et appellé la police...

Le tournevis retrouvé par terre trahit l'agresseur: l'inspecteur Marco O'Brien (Stephen Shellen) reconnaît en lui Jack Crane, un violeur et tueur en série - suspecté du meurtre de huit femmes - qu'il traque désespérément depuis des mois. Pour lui, cette jeune femme blonde qui vient d'être attaquée vaut de l'or: grâce à elle, il pourrait enfin inculper Crane et le mettre définitivement hors d'état de nuire. Le témoin aide la police à dresser un portrait-robot de Nikita, et O'Brien est bien décidé à la retrouver...

Arrivée à la Section One, Nikita relate brièvement les faits mais «omet» de dire qu'elle a été vue et qu'elle risque d'avoir les flics à ses trousses. Seul Walter est mis dans la confidence, mais pour tout conseil, il ne peut que lui dire de «faire en sorte de régler son problème au plus vite»... Sans plus de précisions.

O'Brien est efficace et est déjà sur ses traces: quelques jours plus tard, il se présente chez elle - photos des huit cadavres de femmes en main - et implore son témoignage afin de pouvoir coincer Crane, quitte à la couvrir ou à la protéger si elle devait avoir quelque chose à cacher... Une aide que Nikita ne peut évidemment pas lui apporter. Elle ne peut donc que rester évasive, renvoyer l'inspecteur et nier jusqu'au bout être la personne qu'il recherche.

La mission reprend son cours: Michael et Nikita capturent Tossi sorti de l'ambassade pour faire son jogging et le ramènent à la Section One. Madeline est chargée de le faire parler... sans le tuer... car il doit servir d'appât pour démasquer Elder avec qui il est en affaires, mais dont personne ne connaît encore le visage. Une rencontre entre les deux hommes était prévue: la Section One sera sur place.

Entre-temps, O'Brien, aussi têtu que consciencieux, a poursuivi son enquête: un coup de fil passé à un mystérieux ami, et il a fini par découvrir que la «Mary Sunshine» dont il venait de faire la connaissance n'existait pas, mais qu'il s'agirait en réalité de... Nikita... une jeune femme qui serait morte en prison il y a trois ans! Pour en savoir plus sur son identité et ses agissements, il ne lui reste donc plus qu'à la prendre en filature... Et à lui tomber dessus alors qu'elle est en plein travail, c'est-à-dire, en pleine mission!

Au moment où, dans une galerie marchande, Michael et Nikita sont sur le point de mettre la main sur Elder, O'Brien fait son entrée. Son altercation avec Nikita contraint Michael à devoir changer ses plans et à intervenir. Mais l'inspecteur, un brin impulsif, ne compte pas se laisser faire: une bagarre éclate, le bruit alerte Elder, Tossi se fait descendre... Bref, la mission échoue sur toute la ligne.

Nikita est dans de sales draps. À la Section One, l'ambiance est glaciale; tous sans exception condamnent sa façon de résoudre «ses problèmes personnels». Elle a mis la sécurité du centre en danger; son mensonge pourrait lui coûter cher, voire même la vie... Elle se rend alors chez Madeline et lui promet de remédier à la situation. Une dernière chance lui est ainsi accordée.

Heureusement pour elle, Elder a maintenant un visage, ce qui a permis à la Section One de le retrouver rapidement. Et cette fois, Michael et Nikita, repartis à l'attaque, ne le laisseront pas s'échapper.

Cela fait, il lui reste toutefois encore à régler ses comptes avec le policier... Elle lui fixe un rendez-vous et lui propose un pacte: O'Brien oublie de l'avoir jamais rencontrée, et Nikita se charge de faire éliminer Jack Crane... Plus de suspect, plus d'enquête et plus de remords à avoir. Plus de meurtrier, plus de futures victimes à craindre...

Mais l'inspecteur est un homme intègre qui a le sens du devoir accompli: on ne le corrompt pas si facilement. Pourtant, sans Nikita, ses chances d'arriver à un procès sont quasi nulles.

C'est alors qu'on lui apprend que Crane s'est fait la belle et qu'il reste introuvable! Quelques instants plus tard, il reçoit un coup de téléphone anonyme: «un ami» sait où le tueur se planque. O'Brien se précipite à l'adresse indiquée et trouve Jack ligoté à une chaise, la tête pendante... Mort, semble-t-il. La porte se referme sur lui... Et à l'attendre, il y a... Nikita, qui lui intime de jeter son arme avant de s'en emparer et de planter trois balles dans le corps de Crane!

O'Brien est pris au piège: Nikita s'est arrangée pour que la police soit aussitôt avertie, et une patrouille est déjà en route pour l'arrêter. Soit il passera le reste de ses jours en prison... Soit il accepte sa proposition de la suivre... Pour aller où? Pour faire quoi?

"Vous êtes à la Section One.
C'est là que vous serez entraîné. C'est là que vous apprendrez.
Dans deux ans, si vous êtes vivant, vous travaillerez pour nous.
On commence demain matin à 5h."


Un épilogue qui contribue à rehausser le niveau de cet épisode. Un «retour à la case départ» qui fera frémir les spectateurs bien initiés... Car, à la place de Nikita, dans la «salle d'accueil» destinée aux nouvelles recrues, il y a maintenant, face à Michael, O'Brien... Sur qui, la mort dans l'âme, elle vient de reproduire son propre scénario... "Accusée d'un meurtre qu'elle n'a pas commis"... (S1-E1/Nikita).

Quant à Shaw, le mystérieux ami qui lui avait fourni des informations sur «Mary Sunshine/alias Nikita» et sur qui O'Brien croit pouvoir compter pour le sortir de là: "Il ne travaille plus à la C.I.A."... Michael s'est occupé de lui.



  © Michèle Brunel  (Cet article est protégé par   

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Un hommage fort et pleinement mérité au génie, au raffinement et au talent de tous ceux et celles qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette remarquable, unique et inoubliable série qu'est «La Femme Nikita». Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à l'acteur québécois Roy Dupuis qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives