Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 12:03
 
 


Michael se fait surprendre par Nikita dans un parc alors qu'il rencontre une jolie jeune femme: rendez-vous galant ou «d'affaires»? Ne comptez pas sur lui pour vous fournir la réponse! Toujours est-il que cet élégant «contact» s'est révélé être une source d'information importante: juste le temps de mettre Michael au courant de la menace qui plane sur un nouveau dirigeant d'Etat, et sa voiture explose en pleine rue.


Au centre de l'attention, une vieille connaisssance: Jovan Mijovich (David Calderisi) qui depuis «Friend» - épisode où July, une tueuse professionnelle avait tenté de l'assassiner - a fait du chemin et est devenu l'homme fort de son pays. L'ordre et la paix y règnent enfin. Perçu comme «un sauveur» et élu premier Ministre, il doit sous peu participer à la cérémonie officielle d'intronisation. Mis au courant par la Section One qu'un «contrat» a été lancé sur sa tête, il ne peut qu'accepter - avec grand plaisir d'ailleurs - l'offre de se faire à nouveau protéger par Michael et Nikita. Quant au tueur à débusquer, il s'agirait d'un certain Griffin, nouveau venu dans la profession, dont on ne sait quasiment rien.


C'est donc parée comme une reine et en qualité de cavalière de bal d'un soir que Nikita fait son entrée au palais au bras de Mijovich. Michael est parmi les invités et tous deux scrutent attentivement chaque personne, épiant chaque mouvement ou geste suspect dans l'attente que Griffin se manifeste. Mais l'ultime intuition d'Opérations est la bonne: Griffin, pourrait bien être une femme! Repérée par Michael au moment où elle sortait son arme, elle est mise hors de nuire et discrètement transportée à l'extérieur. De son fourgon, Michael fait son rapport: le danger est écarté, la mission peut être considérée comme terminée.


Mais la bataille ne faisait que commencer... Autour de Nikita, toujours à l'intérieur, les armes se mettent soudain à crépiter de toutes parts: quatre des domestiques tiennent les invités en joue et les plaquent au sol pendant qu'ils procèdent à une sélection. Après vérification des identités, tous sauf Mijovich et cinq journalistes sont priés d'évacuer les lieux. Qui sont ces hommes? Que veulent-ils? Pour le savoir, Nikita doit rester sur place. Se collant à Mijovich, elle refuse donc de sortir et se met à parlementer.


Une sorte de «conférence de presse» à huit clos s'organise: Zoran Bruner, le chef du groupe, est là avec son fils, Alexei, pour rendre justice, «sous les yeux du monde entier», aux enfants et aux femmes de son village qui, pendant la guerre au pays, furent torturés et massacrés par des soldats, alors placés sous le commandement... de Jovan Mijovich! Les médias devront relater son exécution en mentionnant les crimes perpétrés sur des innocents par celui qui s'apprêtait à «monter en héros sur le trône».


Nikita reçoit l'ordre de gagner du temps et d'empêcher que Mijovich soit tué, car sa mort ne servirait qu'à déstabiliser à nouveau son pays. D'autant plus qu'il est innocent: d'après les infos recueillies par Birkoff, au moment où le village en question fut effectivement «assiégé» puis brûlé, Mijovich était en mission diplomatique à Bruxelles!


Tout se jouera donc sur sa capacité à se faire «l'avocat du diable»: exigeant «des témoignages» et des preuves de ses affirmations, elle parvient à semer le doute dans l'esprit de Bruner, mais aussi des journalistes pour la circonstance transformés en «jurés». Au point de forcer Bruner à «appeler à la barre» le seul témoin dont il dispose: sa propre fille, Maria, l'unique survivante. Crédibilité oblige... Alexei part chercher sa soeur.

Son arrivée bouleverse l'assemblée, son récit est déchirant: Maria (Kate Greenhouse), jeune et jolie, est aveugle. Son tortionnaire ne s'est pas contenté de la violer... En entendant sa voix et en tâtant son visage, tremblante, Maria se déclare «tout à fait sûre» que Mijovich est bel et bien l'homme qui l'a martyrisée.


Le coeur serré, mais impitoyablement, Nikita exécute les ordres de Michael: «sers-toi d'elle»! Il lui faut pouvoir démolir les accusations de Maria. Lui retournant cruellement le couteau dans la plaie, elle l'interroge et la désarçonne en l'invitant à se souvenir du moindre détail... sous peine, «au nom de la justice», de devenir à son tour responsable du meurtre d'un innocent et, pourquoi pas, d'une nouvelle guerre dans son pays qui provoquera de nouvelles tortures pour des milliers d'autres filles comme elle...

«Le détail», Maria le tient: son bourreau portait une bague, très acérée, qui lui faisait office de couteau... Mais Mijovich, qui se laisse tranquillement palper les mains, ne porte aucune bague... Il n'a «jamais» porté aucune bague... Son procès peut donc prendre fin.


Toute effusion de sang peut aussi être évitée en concluant, «à la face du monde», un accord à l'amiable entre les deux parties. Faute de preuves, Zoran Bruner renonce à sa vengeance et à la «condamnation à mort» de Mijovich et, en retour, le nouveau Premier fera preuve de clémence envers ces gens qui ont voulu le tuer et s'engage à leur éviter plusieurs années de prison.


Mais, pendant ce temps, Michael, qui cherchait un moyen de pénétrer dans le palais, est parvenu à hauteur des cuisines en rampant dans les conduites d'aération. Un bruit avait alors attiré l'attention d'Alexei, ne laissant pas d'autre choix à Michael que de se débarrasser de lui. Tandis que tout semblait réglé et que le groupe se dirigeait vers la sortie, Bruner aperçoit un filet de sang s'écoulant d'une bouche d'aération et découvre ainsi le cadavre de son fils. Les réactions ne se font pas attendre: la parole est aux armes. Zoran Bruner braque Mijovich, et Nikita, pour le protéger, ne peut qu'abattre Zoran. Michael est arrivé lui aussi à bon port et doit liquider les deux comparses de Zoran pour protéger Mijovich et Nikita.


C'est alors que, au moment où il vient la remercier pour son intervention, Nikita aperçoit la marque blanche d'une ancienne bague sur les doigts de Mijovich! Elle vient de rendre complètement orpheline une jeune femme brisée et aveugle pour innocenter un monstre!!! Son sang ne fait qu'un tour: Mijovich ne mérite pas de vivre. Encore une fois, Michael devra s'interposer et se dresser devant elle pour lui rappeler le but de la mission... Maria aura toute l'aide dont elle a besoin et tuer Mijovich n'apporterait que le chaos.


Nikita est écoeurée. On s'est à nouveau servi d'elle: la Section One savait que Mijovich n'était pas à Bruxelles lors de l'attaque du village. Et faire transiter la fausse information par l'intermédiaire de Michael aurait fait d'elle une avocate beaucoup plus convaincante... Cette fois, vraiment, elle n'en peut plus...


 © Michèle Brunel  (Cet article est protégé par   

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Un hommage fort et pleinement mérité au génie, au raffinement et au talent de tous ceux et celles qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette remarquable, unique et inoubliable série qu'est «La Femme Nikita». Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à l'acteur québécois Roy Dupuis qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives