Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 13:28
 
 

Stanley Shays, un jeune génie idéaliste et passionné de chimie a mis au point un nouvel explosif aux propriétés tellement révolutionnaires que même Walter doute qu'il soit possible de créer pareil matériel. Une invention qui aura vite fait d'attirer les requins! Shays a été approché par un chef d'entreprise nommé Richard Spidel, lequel a lui-même déjà été contacté par une organisation terroriste ayant eu vent de l'affaire. Un des militants, Gabriel Tyler, est déjà en possession d'un échantillon de l'explosif, un polymère dont la particularité est d'être indétectable et d'avoir une puissance trois fois supérieure à la normale.


C'est grâce à un rendez-vous suspect entre G. Tyler et R. Spidel que la Section One découvre le pot aux roses. «Contraint par la force» de parler, Spidel mène alors Michael et son équipe auprès de Shays qui travaille - plus pour son plaisir que pour l'argent - dans un vieux hangar isolé lui tenant lieu de laboratoire. Stanley, surtout très fier de «son oeuvre» et ignorant tout des tractations douteuses de son nouvel ami et associé Richard, ne comprend pas grand-chose à ce qui lui arrive ni ne sait qui sont Michael et Nikita.


Il ne réalisera le tragique de sa situation que lorsque Tyler le fera enlever en faisant tomber son escorte dans une embuscade. Spidel est tué et Shays transporté dans une usine désaffectée où, ligoté à une chaise, il est «instamment prié» de livrer la formule de fabrication du polymère.


Grâce à la puce électronique que Nikita avait pu lui coller sur la chemise, Stanley est heureusement vite localisé: il faut le libérer de toute urgence, avant que la formule ne tombe entre les mains des terroristes. Mais lorsque Nikita parvient à se faufiler jusqu'à lui, une désagréable surprise l'attend: Stanley a été relié à une bombe, et le temps pour la désarmorcer n'est pas suffisant, car les hommes de Tyler - qui étaient partis tester la «formule-bidon» que le prisonnier leur a livrée -, sont de retour. Michael ordonne alors à Nikita de liquider Shays et de déguerpir... Un geste que Nikita n'a pas le courage d'accomplir... Une balle dans la nuque aurait pourtant été préférable aux atroces séances de torture qui attendent maintenant Stanley...


"Là où vous voyez des cibles et des risques pour la sécurité, moi je vois des êtres humains"


Il semblerait bien que cette nouvelle désobéissance soit la goutte qui fera déborder le vase... Michael est tenu pour responsable. Nikita tombe définitivement en disgrâce... Et ce n'est pas son entretien avec Madeline qui va arranger les choses: un entretien qui sent plutôt l'évaluation...

Qu'elle se le tienne pour dit: non, même après X années de bons et loyaux services, jamais elle ne pourra quitter la Section One. Pour Nikita, les choses sont claires: sa vie n'a plus aucun sens. Et sans l'arrivée de Michael chez elle, elle se serait probablement tiré une balle dans la tête.


Les dés sont jetés. Michael est mis au courant de ce qui se prépare: la prochaine étape - qui consiste à détruire le quartier général de Tyler et ses hommes - sera une mission suicide... Et Nikita est dans le lot des six agents condamnés! Elle n'est plus un «instrument de travail» fiable...


En bon soldat, Michael, impassible, encaisse le coup. Mais pour une fois, tout spectateur un peu attentif sera en mesure de saisir la signification du regard qu'il lancera à son «team» au moment du départ. Une poignée de secondes inoubliables où, entre déchirement et détachement, l'âme et l'esprit s'apprêtent au sacrifice et se livrent un combat sans merci. Ce genre de regard «à la fois de retenue et de laisser-passer» qui aura fait de Michael un personnage unique en son genre. Et de Roy Dupuis une star internationale.


Tandis que, de leur fourgon, Michael, Walter et Birkoff dirigent les opérations, les agents se déploient sur le terrain. Avant de la regarder s'éloigner pour toujours, Michael glisse cependant à Nikita un petit appareil qu'il lui recommande de tenir à l'oeil: en cas de pépin, il leur permettra de rester en contact.


Nikita, qui ne se doute de rien, s'élance vers «l'usine de la mort», y dépose ses charges d'explosifs et, ne pouvant résister à l'appel de sa conscience, vole ensuite au secours de Stanley... qui gît sur un lit, complètement drogué à la morphine. Repérée par Tyler qui la blesse mais qu'elle finit par abattre, elle attend l'ordre d'évacuer les lieux. Mais l'émetteur reste silencieux: il n'y a aucun plan de fuite de prévu.... Michael tient en joue Walter et Birkoff à qui il a ordonné de ne pas donner signe de vie. Mission is over!


Un signal retentit alors sur le mobile remis par Michael et un bref texto apparaît à l'écran: "Mission suicide. Tu es libre. Sauve-toi. Ne reviens plus."


"Nikita, tu es là?"


Nikita aura-t-elle eu le temps de s'élancer au dehors? Est-elle vive ou morte? Pourquoi ne répond-t-elle pas au message de Michael?


Du fond du wagon où elle a trouvé refuge, Nikita doit faire son ultime choix: Michael et «liberté» sont-ils deux éléments compatibles?


Nikita est enfin libre. Mais aussi... Plus seule que jamais.


Quant à Michael, pourra-t-il jamais oublier?


Dur, dur de ne pas se laisser submerger par l'émotion et de ravaler ses larmes...


 © Michèle Brunel  (Cet article est protégé par   


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Épisodes Saison 1
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Un hommage fort et pleinement mérité au génie, au raffinement et au talent de tous ceux et celles qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette remarquable, unique et inoubliable série qu'est «La Femme Nikita». Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à l'acteur québécois Roy Dupuis qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives