Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 16:52
 

 


Michael qui vient d'essuyer un refus cinglant, n'est pas au bout de ses peines. Dans une tentative de rapprochement, il s'invite à l'improviste chez Nikita (question de prendre de ses nouvelles)... Et se retrouve ainsi face à Jurgen... à qui elle venait justement de mitonner un bon petit repas! Michael accuse le coup sans sourciller (du moins extérieurement) et se retire avec une dignité exemplaire, nous laissant comme toujours imaginer ce qu'il doit pourtant éprouver à l'intérieur... Jurgen a pris un sérieux avantage. Et Nikita tient sa revanche...


Un peu d'air frais et une sortie en pleine mer à bord d'un Zodiac, voilà qui leur ferait le plus grand bien! La Section One va se charger de leur organiser une petite balade...

Suite à l'explosion d'un propulseur, un satellite norvégien est retombé intact en Mer du Nord, et le bateau qui croisait dans les parages ne donne plus signe de vie. Principal suspect: un membre quelconque du «Cinquième Ordre», une organisation - probablement mafieuse - soutenue par divers groupuscules de l'ex-Union Soviétique, qui pourrait s'intéresser à son combustible nucléaire. Et c'est en effet un bateau fantôme que retrouve le team de sauvetage composé de Michael, Jurgen et Nikita: personne à bord..., et un comité d'accueil qui ne tarde pas à se manifester. Un missile armé, largué par un Sukhoi (avion militaire de fabrication russe) - et heureusement repéré à temps par Birkoff - fonce droit sur eux! Grand plongeon donc «in extremis» pour notre trio de choc, et retour au bercail.


Un retour qui nous replonge immédiatement dans l'atmosphère du moment... De quel droit Jurgen se permet-il de «décliner l'offre» de Michael de rester au travail? Il semble n'avoir à recevoir d'ordres de personne. Pas même d'Opérations qui, bizarrement, n'intervient pas. De quoi intriguer encore plus Nikita qui se pose déjà pas mal de questions sur lui...


Michael se rend alors chez Madeline. Et là, coup de théâtre: nous, spectateurs, commençons à comprendre! Pour Nikita, par contre, la route est encore longue... et promet d'être douloureuse.


Mais Michael est, lui aussi, mis à rude épreuve. Tout comme nos nerfs d'ailleurs... Que ne donnerait-on pas pour voir nos amoureux tomber dans les bras l'un de l'autre au cours de ce rendez-vous où seuls quelques centimètres les séparent... Scène de jalousie d'abord, scène de rupture ensuite. Michael se fiche-t-il qu'elle sorte avec Jurgen, ou souffre-t-il en silence? Nikita a beau le provoquer et lui souffler son désir à la figure, elle n'obtiendra pas un brin de réponse... ni d'émotion; dans ses yeux, rien ne passe. Pas la moindre trace d'un «oui» ou d'un «non»...


«Comme prévu» donc, il ne reste plus à Nikita qu'à se rabattre sur Jurgen si elle veut trouver un peu de soutien et de réconfort dans sa vie. Et puis, celui-ci semble jouir d'un statut privilégié, ce qui n'est pas pour lui déplaire... Même Madeline semble approuver ce choix... Mais pourquoi tant de complaisance à son égard de la part de tous? Et tant de défiance de la part de Michael?


Une nouvelle mission se prépare: les conclusions des analyses sont que l'engin récupéré par «Le Cinquième Ordre» était en réalité un satellite de communication militaire. S'en emparer, signifiait donc pouvoir faire main basse sur tous les codes et secrets du Pentagone. Planète en danger! Birkoff pense toutefois l'avoir localisé et, tandis que les premiers hommes quittent déjà la base, Walter se charge d'armer et d'équiper Nikita, notamment de trois petites rustines pourvues de micros qu'il doit lui coller dans le dos. Mais au moment où elle s'apprête à rejoindre les autres, la mission est étrangement et brusquement annulée: elle peut retourner chez Walter et se débarrasser de tout son attirail, micros compris. Appelé chez Madeline, ce dernier doit cependant s'interrompre, et c'est Michael qui termine la besogne.


Ne sachant que faire de ce temps libre imprévu, Nikita téléphone à Jurgen qui l'invite à le rejoindre chez lui. Elle se déclare alors prête à entamer une relation avec lui: elle lui avoue «enfin» que, entre elle et Michael, il y avait bien quelque chose, mais que tout est fini, qu'elle est maintenant complètement libre. Même si le coeur n'y est pas encore tout à fait, Nikita est bien décidée à aller jusqu'au bout. Les corps s'échauffent rapidement et..., si le téléphone ne s'était pas fait entendre «au bon moment», le mariage aurait vite été consommé!


"Joséphine"... Birkoff a pu identifier le pilote ayant bombardé le cargo en mer: le Lieutenant Ronald Arka, actuellement planqué en Nouvelle-Écosse doit être «prélevé» et ramené à la Section One. La mission est confiée à Jurgen et Nikita, Michael étant «occupé ailleurs». Tout se déroule rapidement et sans incident. Arka doit être interrogé et Opérations demande alors à Jurgen de lui faire son rapport. Considérant la chose comme non urgente, Jurgen lui répond qu'il le fera demain... Mais cette fois, pour lui, la fête est finie! Le ton change radicalement: dorénavant, Jurgen n'est plus en position de choisir ou de décider quoi que ce soit, et il va devoir obéir aux ordres, "sans poser de questions"!


Jurgen d'abord stupéfait, est atterré: il sait de quoi il s'agit. Pour Nikita par contre, c'est le mystère le plus complet. Que se passe-t-il?


Il se précipite chez lui et, comme il s'en doutait, trouve la porte de son habitation grande ouverte; sa maison a bien été «visitée»... Et son ordinateur piraté! Pour lui, c'est la fin du jeu et de son pouvoir. Il raconte à Nikita comment il tenait la Section One en otage grâce à des informations compromettantes qu'il détenait et qu'il avait également stockées sur divers serveurs répartis dans le monde. Une intervention régulière de sa part était indispensable pour stopper leur diffusion automatique au Commandement Central, ce qui lui garantissait sa survie.


Ce qu'il ne s'explique cependant pas, c'est comment on a pu désactiver son système de sécurité, hypersophistiqué. Impossible de l'espionner de l'extérieur sans se faire repérer. Ou plutôt si... Tout s'explique maintenant! Jurgen arrache violemment le micro qui est resté collé dans le dos de Nikita... et celle-ci comprend... qu'elle vient à nouveau d'être faite comme un rat par Michael! Car, oui, Michael était en mission commandée par Madeline: tout était programmé et minutieusement calculé depuis le début... Jurgen était la cible, Nikita l'appât.


Cette fois, Jurgen est brisé. Nikita, sincèrement attachée à lui, voudrait pouvoir l'aider, mais le mal est fait et irréparable. Il la renvoie.


"Ce n'est jamais un boulot facile, parfois il est insupportable pour nous tous"


Dur aussi d'affronter Michael dans de pareilles circonstances. Comment a-t-il pu lui faire une chose pareille? De quoi est-il fait? Comment peut-il vivre comme ça? Pauvre Nikita... Impossible de ne pas partager sa peine et son humiliation. Mais aussi, comment ne comprend-t-elle pas la sienne? Réalise-t-elle un tant soit peu ce qu'il vient d'endurer...?


"J'écoutais quand tu étais chez lui... Il fallait que je laisse mes sentiments de côté... C'est comme ça que je vis, Nikita: coupé en deux. Je ne laisse jamais personne voir l'autre côté. Mais il est là; il est toujours en moi."


«D'acier» à l'endroit, «de velours» à l'envers... Encore faut-il pouvoir traverser la couche qui les sépare...


Jurgen, lui au moins, avait réussi à se protéger: "Je voulais juste qu'ils me traitent comme un être humain. Je ne peux pas vivre comme eux, je n'ai jamais pu." Et c'est auprès de lui qu'elle compte rester... s'il veut bien d'elle.


Entre-temps, Arka a donné le nom d'une société qui s'affairerait à déchiffrer tous les secrets que recèle l'ordinateur de bord du satellite. Envol immédiat donc d'une équipe pour Bruxelles. Mission: localiser, identifier et détruire le serveur avant que les codes ne puissent être décryptés et télétransmis. Les locaux sont violemment pris d'assaut, Michael et Nikita sont arrivés dans la salle où se trouvent les ordinateurs «en plein travail», mais s'en approcher est impossible, les vitres autour résistant aux balles. Restent 90 secondes à disposition. Seule solution, placer une charge explosive et évacuer au plus vite. Tout le monde se retrouve à l'abri dans le fourgon où les attend Birkoff. 5, 4, 3, 2, 1... Mais l'explosion n'a pas lieu! Que se passe-t-il? La télécommande est bloquée, et le détonateur avec: il faut réactiver la charge... Manuellement.


Reste... moins d'une minute pour décider de qui va sacrifier sa vie au profit de la mission... Michael est du genre à assumer jusqu'au bout... Sans hésiter, il fonce dehors. Mais Jurgen, se sachant, tôt ou tard, un homme mort de toute façon, interrompt sa course... en lui tirant une balle dans la jambe! Un dernier regard ensuite à Nikita qui..., 21 secondes plus tard, verra son nouvel amour partir en fumée.


Rien ne lui a été épargné depuis son retour. Pour une fois, Madeline et Opérations semblent comprendre et faire preuve d'un peu d'humanité: Nikita est en congé, elle peut se reposer et partir se changer les idées, aller où elle veut. Michael semble réellement touché lui aussi, pas seulement à la jambe, mais dans un petit coin, très loin, tout au fond de son coeur: "Je t'ai menti à propos de Jurgen. C'était quelqu'un de bien. C'est lui qui m'a formé à mon arrivée à la Section One. Il va me manquer."


Si l'on ne doute pas de sa sincérité, difficile pour nous (spectateurs avertis) par contre de croire en celle des deux autres...


© Michèle Brunel  (Cet article est protégé par   


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Un hommage fort et pleinement mérité au génie, au raffinement et au talent de tous ceux et celles qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette remarquable, unique et inoubliable série qu'est «La Femme Nikita». Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à l'acteur québécois Roy Dupuis qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives