Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 23:07
 
 
rd-darkness-visi.jpg
 
La  bombe  humaine
 
 
Dans les Balkans, le chaos est total. Une faction rebelle de l'armée sème la terreur: un nettoyage ethnique est en cours. Les gens sont abattus à bout portant, les cadavres jonchent le sol des campagnes enneigées, des prisonniers sont dirigés vers des camps de concentration. La situation est telle que même la C.I.A. rappelle ses agents, la plupart de leurs informateurs ayant été tués.

Plus rien ni personne ne semble pouvoir arrêter Luca Radovan, l'homme qui approvisionne les insurgés en armes et qui attend une nouvelle cargaison importante. Ultime espoir pour le gouvernement en place: la Section One. Nouvelle mission pour Michael et Nikita: tuer Luca avant la conclusion du marché et faire cesser ce trafic.

 

 

C'est à bord d'une jeep et arborant le brassard d'une organisation humanitaire qu'ils tentent d'infiltrer le territoire. Bloqués et perquisitionnés à un poste frontière, ils doivent se servir de leurs armes pour avancer et trouver la ferme où Luca aurait été vu récemment. Mais l'habitation est déserte..., du moins en apparence. Car des coups de feu éclatent et le coupable est... un enfant, dont la mitraillette s'est enrayée, qui se sauve et court de réfugier dans une grange voisine.

 


Après quelques palabres et promesses de nourriture, Michael et Nikita peuvent entrer et sont alors confrontés à une autre surprise, pour le moins déconcertante: d'une botte de foin, sort... une adorable petite fille, sourde et muette! Peter et sa soeur, Sasha, sont cachés là depuis l'arrestation de leurs parents. Où les a-t-on conduits? "Au dépôt ferroviaire, c'est là qu'ils emmènent tout le monde"...

 


Comment repartir et les laisser sans personne, sans vivres, sans rien? Nikita n'aura pas trop de difficultés à convaincre Michael de les prendre avec eux. Le tableau qui s'offre à lui ne s'apparente-t-il d'ailleurs pas étrangement à la situation dans laquelle il s'est lui-même trouvé, à Paris, en 1984... Mais ici, aucun René Dian ne prendra soin d'eux (voir «Half Life»)... Simple supposition toutefois, puisque le splendide regard qu'il posera alors sur les enfants est totalement indéchiffrable: suffisamment hermétique pour qu'on n'y lise rien (devoir oblige), et suffisamment explicite pour qu'on y devine tout, sensibilité comprise!

 


Il aura beau vouloir se débarrasser d'eux une seconde fois et prétendre ne pas vouloir "jouer au papa et à la maman", il ne pourra se résigner à les abandonner en pleine rue. Pas plus que Nikita n'est parvenue à les conduire dans un camp de réfugiés... C'est donc en «famille recomposée» qu'ils reprennent la route.

 



Luca a été localisé: il se dirige vers le macabre «dépôt ferroviaire» dont l'entrée est bien gardée. Les enfants sont planqués dans une maison voisine; Michael et Nikita se placent de façon à pouvoir tirer sur Luca à son arrivée. Mais un convoi de prisonniers le devance et, à l'arrière du camion se trouvent... les parents de Peter et Sasha!

 


Peter, désobéissant, est sorti de sa cachette: sa mère l'aperçoit et se met à hurler, attirant ainsi l'attention des soldats sur les enfants. Nikita, qui pourtant tient Luca dans sa ligne de mire, ne peut que faire échouer la mission: pour sauver les enfants, elle tire sur les soldats plutôt que sur la cible. Michael ne peut alors que battre en retraite et récupérer au plus vite sa jeep... Et sa petite famille...!

 


Attente d'une équipe de renfort dans un abri de fortune. La livraison des armes aura lieu dans huit heures. Les équipes sont en place: des agents font diversion en provoquant une collision de voitures. Michael et Nikita en profitent pour se hisser à bord d'un camion et se mêler aux prisonniers, réussissant ainsi à pénétrer dans «le camp de la mort» et à repérer la bâtisse où Luca Radovan, aussi pleutre que monstrueux, se terre. Il aura la fin qu'il se mérite: personne ne blâmera Michael d'avoir appuyé froidement sur la gâchette...

 


D'un même élan, «papa et maman» fendent alors la foule des prisonniers qu'ils ont pu libérer et se mettent à la recherche des parents de Peter et Sasha... qu'ils finissent par trouver et qu'ils reconduisent auprès des enfants. Moment de bonheur, mais qui sera de courte durée. Il faut encore pouvoir sortir du pays... Et par ses propres moyens. Car, à la Section One, on a maintenant d'autres priorités... Michael et Nikita doivent se débrouiller seuls pour rentrer, il n'y aura aucun pont aérien.

 


"Et «eux»? Pourra-t-on leur faire traverser la frontière?" La sortie se fera donc par la route, mais à pied cette fois, au milieu d'une multitude de «candidats à l'émigration»... Les enfants seront sauvés, oui, car Michael et Nikita les feront passer pour les leurs. Ceci sous les yeux et les cris de désespoir des parents à qui il n'est par contre pas permis de fuir le pays...

 


Madeline est satisfaite: avec la mort de Luca, la dernière vente a avorté et le trafic d'armes s'est automatiquement interrompu. Une famille d'adoption qui vient d'immigrer a été trouvée pour les enfants, ils ne manqueront de rien. Le dossier est clos...

 


Et pendant tout ce temps, Birkoff a, lui aussi, été soumis à une petite épreuve: il a surpris sa petite amie (et meilleure assistante), Gail, en train de détourner de l'argent de certains comptes. Pris entre ses sentiments et son devoir envers la Section, il a quand même fini par dénoncer ses agissements. Sa surprise est grande quand Madeline lui apprend que ces comptes sont fictifs, qu'ils ont été créés spécialement pour permettre à Gail d'assouvir sa plus grande passion: voler.

"Ainsi elle reste productive. Mais tu as mis plus de temps à le découvrir que nous ne le pensions! Surveille tes gens de plus près!"


Eh oui, ici la confiance règne...!


© Michèle Brunel  (Cet article est protégé par  ).

Toute reproduction d'un quelconque article de ce blog est strictement interdite.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Épisodes Saison 2
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Le seul site en français entièrement consacré à la télé-série La Femme Nikita (1997-2001). Avec Roy Dupuis et Peta Wilson. En hommage au génie, au raffinement et au talent de tous ceux qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette exceptionnelle et inoubliable série. Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à cet acteur québécois qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Recherche

Archives