Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 18:10
 
 


Une bombe a été signalée aux alentours d'un musée: Michael et Nikita sont dépêchés sur place et chargés de faire évacuer les lieux. Michael a détecté l'emplacement d'un sac dont il devine le contenu... avant même de l'ouvrir! Le dispositif, de fabrication artisanale, de toute évidence lui est familier... Pas le temps de le désarmorcer: il s'en saisit et le jette au loin. Le pire est évité.


Mais, lors du briefing qui s'ensuit, il passe ce détail sous silence: à sa connaissance, ce genre d'explosif ne mène à aucune piste... Un comportement «déloyal» qui intrigue Nikita au plus haut point, d'autant que, pour sa part, elle a remarqué la présence d'un individu bizarre - blond, cheveux longs, sur la trentaine - qui semblait froidement observer toute la scène.


Elle tente d'interroger Michael. Sans résultat, bien entendu... Convaincue qu'il lui cache quelque chose, elle entreprend de le suivre. Une initiative vite récompensée: Michael s'est en effet lancé à la recherche de quelqu'un. Et a trouvé ce qu'il cherchait: le drôle de gars aux cheveux blonds, qu'il semble très, très bien connaître!


Cachée dans l'ombre, Nikita ne peut suivre la conversation des deux hommes, mais peut prendre en photo le visage du mystérieux personnage; ce qui va lui permettre d'investiguer par ordinateur et d'identifier ainsi René Dian (Denis Forest), ex-leader d'un groupe d'activistes radicaux nommé «L'Heure sanguine». Son passé - et, par la même occasion, celui de Michael - remonte ainsi à la surface... Une profonde amitié lie René et «Michel» depuis le temps où, à Paris, tous deux alors étudiants universitaires en révolte contre le gouvernement en place fabriquaient et posaient des bombes ensemble! Michael est donc un ex-terroriste qui fut arrêté et emprisonné au cours d'une manifestation sanglante...! Comme Nikita, il fut ensuite récupéré par la Section One et déclaré officiellement mort.


Mais Michael a maintenant changé de bord: il est venu prévenir René qu'il sera obligé de le traquer s'il ne disparaît pas et ne cesse pas ses activités. Il ne pourra pas le protéger une deuxième fois. René n'est toutefois pas prêt de renoncer à ses grands idéaux, tout comme il ne croit pas que Michael sera jamais capable de lui faire du mal...


Nikita a donc découvert le pot aux roses: mais elle voudrait en savoir plus. En ne dévoilant pas à Opérations ce qu'elle sait, elle se fait complice de Michael et protège en même temps un terroriste qui s'apprête à poser de nouvelles bombes avec l'intention de faire un maximum de victimes... Elle tente une nouvelle approche, mais une fois de plus, se fait rabrouer: Michael la prie «de ne pas se mêler de ça»... Offensée par son attitude, elle décide alors, par l'intermédiaire de Birkoff, de «donner» René à la Section One.


Madeline propose à Michael de se désengager de la prochaine mission qui consiste à... capturer René en vue de l'«interroger» et de démanteler son organisation. Mais Michael veut rester fidèle à son image d'homme «sans faille ni faiblesse» et maître de toutes les situations: il refuse et part avec son équipe arrêter René.


Michael laissera-t-il son ami subir les tortures de la Section One? Ou mijotera-t-il un plan pour le sauver? Pourquoi lui, d'habitude sans scrupules, semble-t-il attacher tant d'importance à cette vieille amitié estudiantine? Pourquoi tant de tristesse en lui?


Autant de questions auxquelles Nikita aura finalement une semi-réponse. Car Michael s'est enfin décidé à venir lui parler... et à la traiter en amie! On apprend ainsi que ses parents sont morts et qu'il a une soeur dont il s'occupait: lorsqu'il fut fait prisonnier, René l'a prise en charge et a toujours continué à veiller sur elle... Une soeur qui le croit mort et qu'il ne peut que surveiller à distance, mais jamais revoir... Sa dette envers René est immense... Pour la première fois, Michael montre des signes de lassitude et de vulnérabilité: il avoue à Nikita qu'il doute de sa capacité d'aller jusqu'au bout de sa mission...


Ou est-ce plutôt une façon déguisée d'implorer son aide...???


Michael semble avoir fait son choix. Usant d'un stratagème, il libère René et s'enfuit avec lui à bord d'un véhicule. Il leur faut se trouver une cachette avant de pouvoir quitter le pays. René ne met pas un instant en doute sa bonne foi et, craignant pour la sécurité de son ami, lui propose de le conduire dans un endroit sûr: il lui présentera ses nouveaux camarades, et Michael pourrait redevenir le «Michel» d'avant, l'homme et le frère qu'il a toujours connu... En guise de réponse, un regard et un silence à vous fendre le coeur...


Entre-temps, à la Section One, on a repris le contrôle de la situation: Nikita et une équipe sont mobilisées et lancées sur les traces de Michael.


Les fuyards sont arrivés à destination: un petit groupe les attend et René, heureux de retrouver sa fiancée, fait les présentations. Le moment est venu de trinquer en l'honneur du retour au bercail de «Michel». Les bouchons sautent..., mais Michael est loin d'avoir le coeur à la fête. Plutôt que de lever son verre, la mort dans l'âme, il se met discrètement en recul. À travers les vitres, les balles crépitent: "Tout le monde est touché. Cessez le feu"! Les retrouvailles se sont transformées en carnage, les tireurs d'élite de la Section One ont fait leur boulot... Et Michael le sien: la bande au complet est décimée, mission accomplie!


Mais René n'est que blessé et il menace Michael de son arme: "Comment as-tu pu faire ça?! Tu n'as ni âme ni honneur! Je vais mourir pour ma cause, tu vas mourir parce que tu n'en as pas. Défends-toi!" lui crie-t-il.


Michael est cloué sur place et incapable de réagir. Sans l'intervention «in extremis» de Nikita qui l'a rejoint et qui finira «le travail» à sa place, il se serait laissé abattre: il était prêt à mourir, les yeux fermés... Pour la bonne cause: l'amitié!


Ou avait-il aussi prévu que Nikita ne le laisserait pas tomber...?!


Pour toute récompense, Nikita se fait encore réprimander par Opérations. Elle n'a pas été complètement à la hauteur de sa tâche: elle a dénoncé René, oui, mais trop tard. Il convient donc de lui rappeler que le devoir envers la Section One passe avant la protection d'un ami... ou d'un collègue...



© Michèle Brunel  (Cet article est protégé par   

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Un hommage fort et pleinement mérité au génie, au raffinement et au talent de tous ceux et celles qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette remarquable, unique et inoubliable série qu'est «La Femme Nikita». Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à l'acteur québécois Roy Dupuis qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives