Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 14:01

 

 


 
Octobre 2000


Peta Wilson se passionne pour les belles d'autrefois


Peta Wilson, vedette de la captivante série policière «Nikita», partage un point commun avec l'humoriste et comédien Michel Barrette: elle se passionne pour les voitures anciennes. Elle possède déjà une Chevrolet 1962 et une superbe Thunderbird décapotable 1956.


Mais il semble bien que Peta n'est pas la seule à s'intéresser aux vieilleries. Roy Dupuis, qui partage la vedette de la série «Nikita» avec la belle Australienne, a passé tout l'été à rénover sa vieille maison de campagne qui daterait de 1840. Il est amusant de constater que dans la série «Nikita», ces deux acteurs évoluent dans un environnement hautement technologique, presque futuriste, mais que dans la vie, tous les deux affectionnent les choses anciennes. Ils vous attendent les jeudis à 21 heures jusqu'au 12 octobre, puis le vendredi à 22 h 30 à compter du 27 octobre.

 

 

 

Question à Rick Jacobson, réalisateur (LFN - S3 / Slipping Into Darkness - Under the Influence):

Vous aimeriez encore travailler avec Peta Wilson ou Lucy Lawless?

Je n’ai plus travaillé avec Peta depuis la fin de Nikita à la fin des années 2000. Elle est une grande actrice mais elle est une casse-couilles en production. Je ne peux pas vous dire à quel point j’ai perdu du temps à l’attendre sur les plateaux. Ça vous tue quand vous devez annuler des scènes seulement parce qu’une actrice possède une telle attitude… 


Source:

http://www.cinemafantastique.net/Made-in-USA-Bitch-Slap.html

 

 

 

Peta-LeLundi

Magazine LE LUNDI


 

Elle  mesure  5  pieds  10  pouces

 

«Âgée de 28 ans, Peta Gia Wilson, alias Nikita, incarne mieux que quiconque la force et la vulnérabilité, le mystère et le sex-appeal. Née à Sydney, en Australie, elle a grandi à Papua, en Nouvelle-Guinée; elle a décidé de devenir actrice à 21 ans, après avoir été mannequin. Grande et belle [elle mesure 1,78 m], avec une voix gutturale qui ajoute à sa sensualité et des jambes interminablement longues qui ne laissent personne indifférent, elle est très rapidement devenue un personnage-culte de la télévision. Meilleure actrice qu'il n'y paraît, elle le prouve aux côtés d'Ellen Barkin dans Mercy, un film réalisé par son compagnon, Damian Harris, le fils du célèbre acteur Richard Harris.


Du personnage qui l'a rendue célèbre, elle dit: “Elle est violente, mais moins que moi”. Elle garde la forme en faisant de la natation, de l'équitation et des arts martiaux, ce qui ne doit pas nous faire oublier qu'elle a joué au basket-ball en semi-professionnelle et fait de la course de voiliers avec son père, un militaire de carrière.»

 

 

 

Repost 0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 22:30

 


 

«I'm scared shitless». «I'm a frightened person». When Peta Wilson, who plays the lead role of the couture-clad, reluctant assassin on the USA Network's sole cult hit «La Femme Nikita» expresses the preceding sentiments to me on the Toronto set of her show, I don't beleieve her. It is hard to, given Wilson's towering 5'11" frame and baleful «this is going to hurt me more than it's going to hurt you, but it's still going to hurt you» gaze. Nonetheless, she's quick to emphasize the disparity between her on-screen demeanor and her own person­ality. «Scary movies scare me», she says in a rapid, raucous throaty Australian honk, a world away from her character's trademark enun­ciation, which tends to be pitched somewhere between a whisper and a threat. «When people get upset that scares me».

 

When we meet a week later for dinner in New York, she's reconsidered, loudly declaring: «Those things that make you frightened are what's standing in your way of being happy. Nothing real­ly scares me. I've faced my fears, embraced them and got over them».

 

Cleansed of all inhibitions, Wilson is one of those rare indi­viduals who takes big bites out of life and laughs with zest and pleasure as the juices cascade down her chin. Effusive, gregarious and endlessly tactile, she will hurl herself bodily - versatile, snow­white locks flying - into any potential interpersonal connection, free-associate her way through labyrinthine conversational catacombs (most of which she'll suffix with a shrug of either, «but then, I'm Australian» or «but then, I'm a Scorpio»), and dispense bone-crush­ing bear hugs and stinging ass-slaps at the slightest provocation.

 

Though it's bracing to get intimately acquainted with such a sexy free spirit, you also have to factor in the inescapable moments when she will: 1. Burst spontaneously into song (Estimated Time of Occurrence 10.54pm); 2. Grab your hand and yank you up on to the table, insisting you dance with her, while surrounding patrons look on and applaud (ETO 12.10am); and 3. Demand that you link arms while drinking (ETO 12.47am). None of which is to imply that Peta Wilson is anything less than a powerhouse of a woman, just that her outsize allocation of energy is a daunting proposition to someone accustomed to picking at a strained and pureed version of life. As we exit the restaurant, I flinch away from an affectionate head-lock. «You're frightened of me», she says, accusingly. I deny it, but she looks like she doesn't believe me.

 

A  similar  disbelief  has  festered  for  many  years  in  Hollywood.

 

Audiences won't shell out to see the Action Babe, is the conven­tional wisdom. They find her intimidating. Unfeminine. Butch. Even in the not-so-distant past, when the Giant Action Smash-Up was the most profitable and acceptable of all genres, and movies featuring guys who couldn't order a meal in English but could execute a spinning kick that would send an arms dealer crashing through a window on the 32nd floor were acclaimed by the unde­manding, no one clamored for a female equivalent.

 

Every attempt to establish an action heroine met with deri­sion and empty seats. Sigourney Weaver in the Alien series and Linda Hamilton in T2 hit the mark but both grew from their roles rather than starring in customized vehicles. The fates of Giant Action efforts tailored for Geena Davis (The Long Kiss Goodnight), Sharon Stone (The Quick And The Dead), Pamela Anderson (Barb Wire), Jamie Lee Curtis (Blue Steel), Lori Petty (Tank Girl), Cindy Crawford (Fair Game) and Bridget Fonda (Point Of No Return, the failed first attempt to Americanize Nikita), tell the real story.

 

Yet if moviegoers afforded the Action Babe a chilly reception, the same has never been true in TV land. In the 60s, Honey West, The Avengers' Emma Peel and Mission: Impossible's Cinammon Carter held sway. The 70s ushered in Charlie's Angels, Lindsay Wagner's The Bionic Woman and Lynda Carter's Wonder Woman. Though the 80s were devoid of iconic examples, over the past couple of years a trio of series spotlighting complicated women possessed of lethal hands and feet have been embraced by those members of the couchbound public active enough to bestow cult status on a show.

 

The heroines of Xena, Warrior Princess, Buffy The Vampire Slay­er and «La Femme Nikita» are not only characters fully enough realised to prevent their shows degenerating into the spectacles of humil­iation they could well have been, but also embodiments of a new breed of action star. Xena, an avowed standard-bearer for right ­eousness, is perpetually plagued by her genocidal tendencies. The petulant Buffy deals wearily with her vocation like a piano prodi­gy forced to practise scales when she'd rather be dating. Then there's Nikita, the covert killing machine who wanders the corridors of Section One, the super-secret upper government department that sprung her from prison in a state of hushed paranoid wonderment like a temp on her first day in a malign corporation.

 

Wilson says: «In movies, it's very hard in two hours to get that combination of action and drama. On TV, there's action every week but the emotional development of the characters is constantly growing. People get hooked.»

Wilson
is aware both that the small screen has become a sanctuary for the Action Babe and that she and her high-kicking sorority are redefining the stereotype. «I'm not playing Schwarzenegger with a handbag. When you're a woman taking on big bad guys, that's frightening. Nikita's a hired killer but there's always that element of fear that she could die».

 

Initially a style-strangled combination of The Prisoner, Mission: Impossible and a vintage Calvin Klein Obsession ad, the TV Nikita has succeeded in making a virtue of its excesses. The pregnant paus­es, meaningful glances and deadpan enunciation that once induced chortles gradually became the series' signature. «That was always the style but it took a while for people to get it», says Wilson. «On American television, other than The X-Files and NYPD Blue, they talk a lot of crap. People's concentration levels are so low. They watch TV so much, how do you keep them interested in a show where the style is different and the characters are ambiguous?»

 

The untamed intensity Wilson brings to the role is a prime attention-grabber. While she doesn't say that no American actress could match her mixture of the visceral and the vulnerable, she dismisses Nikita movie predecessor Bridget Fonda with a curt wave of her hand. She's scarcely more generous to the Livs, Gwyneths and Umas: «They're just so...» She adopts a trail, cower, timorous posture. «They don't have that...» Words once more failing her, she balls her fists and emits an antagonistic snarl.

 

American actors don't get off lightly, either: «They're all such pretty boys. Where are all the real men?» Of course, a pretty boy plays an integral part in Nikita's constituency. Endless speculation fills the show's multitude of Internet fan pages concerning the snail's-pace development of the love that dare not speak its name between Nikita and her mentor/tormentor/fetish Michael (played by Quebecois actor Roy Dupuis), who turns in a performance so inert it's virtually still life. Says Wilson: «He's a man of few words and movements. Consequently, I've got to keep asking myself "why the hell is she attracted to him?" It's a bit S&M.»
 

«We  made  our  love  scene  like  a  fight  scene  and  our  fight  scene  like  a  love  scene» 

 

This most complicated of potential couplings is defined when Nikita (it's not the sort of show where anyone ever thaws out suf­ficiently to call her Nikki) escapes from Section One and then de­cides she wants back in. To help her fake her abduction and return to HQ without arousing undue suspicion, Michael does her the favor of beating her bloody. «We made our love scene like a fight scene and our fight scene like a love scene», says Wilson with relish.

 

Born in Sydney, Australia in 1970, Peta Gia Wilson and younger brother Rob were uprooted by the demands of their Army offi­cer father Darcey's profession and relocated to New Guinea. Deal­ing with constant displacement (the family would move another dozen times before she turned 13) bred in her a vivid imagina­tion which sparked an ambition. «When I was nine years old I saw Thunderbolt and Lightfoot and I said, "I want to be like Jeff Bridges". That's when I started to dream about being an actress».

 

She never pursued this yearning in Australia but did achieve a modicum of recognition as the youngest player in the national netball squad. Her stature, carriage and those locks led to a mod­eling career, dismissed now with a curt, «it wasn't full-time». It did, however, last long enough to cause her to become anorexic. In 1978, her weight dropped from 140 to 110 pounds.

 

After growing out of both modeling and vomiting, Wilson moved to Los Angeles in 1991. Three months later, she met and moved in with writer/director Damian Harris, son of Irish actor Richard Harris. The ego problems that might occur in a relation­ship between actress and director have failed to lessen the pair's bond. «I really appreciate and respect what he does, as he does me. I think part of the reason we fell in love is the creative abilities that we have. That's attractive».

 

Wilson spent the next six years studying acting under a pro­tege of theater legend Stella Adler and consuming as much Ten­nessee Williams as humanly possible. Then she prepared to strike out for New York and look for stage work. «That's when my agent called and said, "can't you do TV?" I said, "what the fuck? My per­sonality on telly?" It won't fit!» Nonetheless, she turned up for the audition for Nikita, snatched a basketball from a casting director's hands, bounced it off the walls, then sat down and charmed the pants off the assembled executives. She was instantly offered the part.

 

«When I started I was like, "holy Hell, what am I doing?" I come from the theater. But now I've learned the techniques, it's harder to do than some fantastic play. There are so many things you've got to think about, like when the commercial break's coming».

 

Wilson has a haunted look that sets her apart from most TV actresses. I describe it as Nordic, almost Viking. She sets me straight. «Nordic? I think it's the Scot in me. Scottish girls are fair. I was going to dye my hair dark then I thought, blondes were very strong. Mae West, Bette Davis. Things changed, now there's this stereotype of what a blonde-haired girl is. I don't know how that happened». Marilyn Monroe, I offer. «So you take what Marilyn Monroe had, add this oomph and you've got this other thing. Maybe that's the Australian in me. I think Australians are the modern-day Vikings».

 

Though she is tied to Nikita for three more years, movie offers are coming Wilson's way. She talks about developing an action movie she'll be ready to play when she turns 35 (she's 27 now), but is otherwise cautious. «The next choice I make is going to be some­thing that feeds me creatively. I'm already getting exposure so it's not necessary to do a movie for exposure unless I wanted to blast myself into some kind of fucking place where I didn't have a life which I don't want to do. I've been offered a bit of money, too, but it's like, well, what do you need? I'm making a nice living».

 

Nice enough to indulge a growing jones for vintage cars («I've got a 56 T-Bird, a 58 Chevrolet Impala Convertible and a 38 Dodge»), but, apparently, not yet anywhere near the level where a distorted view of reality sets in. Back at the Nikita set, she'd said: «At any moment, you know, this wave that I'm riding like a surf­board rider is going to crash and I'd better be ready for the fuck­ing tumble-turn that's going to happen. I know at any point it could finish and you'll be like, «who the fuck was Peta Wilson?»

 

So saying, she left to film the last scene of the final episode of the second season. Her closing sentence: «I'm not afraid».

 

 

Repost 0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 21:31
Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 23:30
 
 
Traduction  française  de  l'article  du  Magazine  GEARS  (9 pages)
 
 

 

 

Septembre/Octobre 1998

 
Peta,  l'arme  fatale  de  «La  Femme  Nikita»


«J'ai une peur bleue». «Je suis une froussarde». Lorsque, sur son plateau de tournage à Toronto, Peta Wilson, qui tient le rôle principal de l'élégante et réticente tueuse de «La Femme Nikita»  - le grand succès, unique et exclusif du câbleur (américain) USA Networks -, me fait part de ses sentiments, je ne la crois pas. Pas facile en effet, vu l'imposant gabarit «5'11"» de  Peta Wilson et son inquiétant regard «ça va me faire mal plus qu'à toi, mais ça va faire mal quand même». Néanmoins, très vite, elle met l'accent sur la disparité entre son comportement à l'écran et sa propre personnalité. «Des films qui font peur, ça me fait peur», dit-elle en un australien rapide, guttural et claironnant, un mode bien éloigné de l'énonciation «marque déposée» de son personnage qui, lui, a plutôt tendance à se placer quelque part entre le chuchotement et la menace. «Quand les gens se fâchent, ça me fiche la trouille».

 

Quand nous nous rencontrons, une semaine plus tard, pour un dîner à New York, elle corrige, déclarant haut et fort: «Ces choses qui vous effraient résident dans votre façon d'être heureux. Rien ne me fait réellement peur. J'ai fait face à mes craintes, je les ai fait miennes et les ai surmontées».


Débarrassée de toute inhibition, Peta Wilson est une de ces rares personnes qui s'en prend plein la gueule dans la vie et qui rit avec entrain et beaucoup de plaisir quand des jus coulent en cascade sur son menton. Expansive, sociable et extrêmement tactile, elle se lancera à bras-le-corps - polyvalente, cheveux blancs comme neige au vent - dans n'importe quel potentiel rapport interpersonnel, se joignant d'elle-même à d'interminables conversations labyrinthiques (qu'elle appuiera pour la plupart d'un haussement d'épaules, d'un «et alors, je suis Australienne», ou d'un «et alors, je suis un Scorpion»), et distribuera des étreintes «d'ours broyeur d'os» ou de cuisantes «bottes au cul» à la moindre provocation.


Bien qu'il soit tonifiant d'entrer intimement en contact avec une femme aussi sexy et un tel esprit libre, il faut également s'attendre aux moments inévitables où elle voudra: 1. Se mettre tout d'un coup à chanter (heure approximative, 22h54); 2. Attraper votre main et vous entraîner sur la table, en insistant pour que vous dansiez avec elle tandis que les clients tout autour vous regarderont en applaudissant (heure approximative, 00h10), et 3. Vouloir que vous croisiez les bras pour trinquer (heure approximative, 00h47). Tout ceci non pas pour dire que Peta Wilson n'est qu'une pile électrique, mais juste que sa dépense démesurée d'énergie est une perspective intimidante pour quelqu'un habitué à un mode de vie plus rigide. Lorsque nous quittons le restaurant, j'esquive une affectueuse embrassade. «Vous avez peur de moi», dit-elle d'un ton accusateur. Je nie, mais elle semble ne pas me croire.

 

Une  défiance  qui  a  régné  pendant  de  nombreuses  années  à  Hollywood

 

Le public ne veut pas mettre de sa poche pour aller voir «une poupée» en action, c'est de l'ordre de la sagesse populaire. Ils la trouvent intimidante, contraire à la féminité, garçonnière. Même dans un passé, pas si lointain, quand «the Giant Action Smash-Up» [les grosses bagarres spectaculaires] constituait le genre le plus rentable et le plus communément accepté, que des films mettant en vedette des gars qui ne savaient pas commander un repas en anglais mais qui pouvaient, d'un tour de jambe [coup de pied], envoyer un trafiquant d'armes voler par la fenêtre du 32e étage étaient applaudis par un public peu exigeant, personne ne leur réclamait un équivalent féminin. 

Chaque tentative d'introduire une héroïne de films d'action ne rencontra que dérision et salles vides. Sigourney Weaver dans la série Aliens et Linda Hamilton dans Terminator 2 ont certes fait mouche, mais toutes deux doivent leur épanouissement plus à leurs rôles qu'en jouant les stars dans des voitures créées pour l'occasion. Le sort des grands films d'action taillés sur mesure pour Geena Davis (The Long Kiss Goodnight), Sharon Stone (The Quick And The Dead), Pamela Anderson (Barb Wire), Jamie Lee Curtis (Blue Steel), Lori Petty (Tank Girl), Cindy Crawford (Fair Game) et Bridget Fonda (Point Of No Return / VF Nom de code: Nina, le premier essai raté d'une version américaine de Nikita), reflète mieux la situation.


Alors que les cinéphiles ont réservé un accueil frileux à la femme d'action, il n'en a jamais été de même dans le monde de la télévision. Dans les années 60, Honey West, l'Emma Peel de The Avengers [VF: Chapeau melon et bottes de cuir] et Cinammon Carter (Mission: Impossible) dominèrent le petit écran. Les années 70 virent apparaître les Charlie's Angels [VF: Drôles de dames], Lindsay Wagner (The Bionic Woman) and Lynda Carter (Wonder Woman). Bien que les années 80 manquèrent de ce type d'icône, ces deux dernières années, trois séries ayant pour vedettes des femmes capables de tuer avec leurs mains ou leurs pieds ont été accueillies par les membres d'un public qui, depuis un divan de salon, parvinrent à leur conférer un statut de série-culte. 


Les héroïnes de Xena, Warrior Princess, Buffy The Vampire Slayer et de «La Femme Nikita» sont non seulement des personnages assez forts que pour empêcher leur série de dégénérer en un spectacle humiliant qu'il aurait aussi très bien pu être, mais participent également à la mise en place d'une nouvelle espèce de stars. Xena, bien connue pour porter l'étendard de la justice, est perpétuellement poursuivie par ses tendances génocidaires. La pétulante Buffy assume à contre-coeur sa vocation, telle un pianiste prodige astreint à faire ses gammes, alors qu'elle préférerait souvent être en train de draguer. Et puis il y a Nikita, invisible machine à tuer qui arpente les couloirs de la Section One - ce très-haut département gouvernemental ultra-secret qui l'arracha à sa prison dans un état de stupeur étonnement paranoïaque - tel un employé temporaire à son premier jour au sein d'une dangereuse organisation.

 
 

 

 
P. Wilson déclare: «Dans un film, c'est très dur d'obtenir cette combinaison d'action et de drame en deux heures seulement. À la télévision, il y a de l'action chaque semaine, mais le développement émotionnel des personnages est en constante évolution. Les gens accrochent.»

P. Wilson est consciente à la fois du fait que le petit écran est devenu un sanctuaire pour la femme d'action, et du fait qu'elle et son cercle [très fermé] de femmes karatékas de haut niveau ont redéfini le stéréotype. «Je ne joue pas Schwarzenegger avec un sac à main. Lorsqu'on est une femme et qu'on s'en prend à des gros méchants, ça fait peur. Nikita est un tueur à gages, mais il y a toujours cet élément de crainte qu'elle puisse mourir.»

 


Au départ, mélange forcé de styles entre The Prisoner [VF: Le Prisonnier], Mission: Impossible et une publicité vintage pour Calvin Klein Obsession, la série télévisée Nikita a réussi à transformer ses excès en vertu. Les pauses lourdes de sens, les regards pesants et les dialogues creux qui au début provoquaient la risée, devinrent progressivement la signature de la série. «Cela a toujours été le style voulu, mais les gens ont mis un peu de temps à le comprendre», explique P. Wilson.

«À la télé américaine, excepté pour The X-Files [VF: Aux frontières du réel] et NYPD Blue [VF: New York, Police d’Etat], on parle beaucoup de conneries. Le niveau de concentration des gens est tellement bas. Ils regardent tellement la télé, comment voulez-vous alimenter leur intérêt pour une série dont le style est différent et les personnages si ambigus?»

 

L'intensité sauvage que Wilson apporte au personnage est un capteur d'attention essentiel. Même si elle ne dit pas qu'aucune actrice américaine ne saurait combiner comme elle le caractère viscéral et vulnérable, elle écarte sa prédécesseur Jane Fonda d'un brusque revers de la main. Et elle est à peine plus généreuse envers les autres Liv, Gwyneth et Uma: «Elles sont tellement...». Elle adopte une pose intimidée, craintive. «Elle n'ont pas ce...». Les mots lui manquent une fois de plus, elle serre les poings et pousse un grognement d'hostilité.
 

 
Elle n'y va pas non plus de main morte avec les acteurs américains: «Ce sont tous des beaux gosses. Où sont les vrais hommes?». Bien sûr, un beau gosse occupe une place essentielle dans l'univers de Nikita. Des multitudes de pages Internet créées par les fans de la série abondent de spéculations sans fin sur l'évolution, à l'allure d'escargot, de cet amour qui n'ose pas se déclarer entre Nikita et son mentor/bourreau/idole Michael (interprété par l'acteur québécquois Roy Dupuis), joué d'une manière tellement inerte qu'on dirait une nature morte virtuelle [...]. Wilson acquiesce: «C'est un homme de peu de paroles, qui ne bouge presque pas. Ce qui fait que je me demande sans cesse: "Pourquoi, bon sang, est-elle attirée par lui?" C'est un peu S&M [?]
 

Cette relation ultra-compliquée et jamais aboutie apparaît clairement lorsque Nikita (ce n'est pas le genre de série où quiconque se dégèlera jamais au point de l'appeler "Nikki") s'échappe de Section One mais décide ensuite d'y retourner. Pour l'aider à simuler son enlèvement et à réintégrer le QG sans trop éveiller les soupçons, Michael lui fait la faveur de la battre jusqu'au sang. «Nous avons joué notre scène d'amour comme une scène de combat, et notre scène de combat comme une scène d'amour», confie Wilson avec un plaisir évident.
 
Née en Australie, à Sidney, en 1970, Peta Gia Wilson fut extradée avec son frère cadet Rob à cause des exigences du métier de leur père Darcey, officier militaire, et ils furent transférés en Nouvelle-Guinée. Être confrontée sans cesse à ces déplacements (sa famille a déménagé encore une douzaine de fois avant qu'elle ait atteint l'âge de treize ans) a nourri chez elle une vive imagination qui fit naître une ambition. «Quand j'avais neuf ans, j'ai vu Thunderbolt and Lightfoot [VF: Le Canardeur], et je me suis dit: "Je veux être comme Jeff Bridges". C'est alors que j'ai commencé à rêver de devenir actrice.»

Elle ne réalisa pas son rêve en Australie, mais connut un début de célébrité en tant que plus jeune membre de l'équipe nationale de net-ball. Sa stature, ses formes et sa chevelure la guidèrent vers une carrière de modèle, sur laquelle elle passe brièvement aujourd'hui en disant «ce n'était pas à plein temps». Cela dura toutefois assez longtemps pour qu'elle devienne anorexique. En 1978, son poids passa de 63 à 50 kilos.
 

Après avoir cessé de faire la modèle et de vomir, P. Wilson déménagea à Los Angeles en 1991. Trois mois plus tard, elle rencontra l'auteur/réalisateur Damian Harris, fils de l'acteur irlandais Richard Harris, et emménagea avec lui. Les problèmes d'ego qui peuvent survenir dans une relation entre une actrice et un metteur en scène n'ont pas affecté les liens du couple. «Je respecte et j'apprécie réellement ce qu'il fait, et c'est pareil de sa part. Je crois que le fait que nous soyons tombés amoureux est dû en partie à nos aptitudes créatrices. C'est attrayant.»


P. Wilson a passé les 6 années qui suivirent à étudier le métier d'acteur chez un élève de Stella Adler, la légendaire actrice de théâtre, tout en dévorant, autant qu'il est humainement possible, l'oeuvre de Tennessee Williams. Elle s'apprêta ensuite à se tranférer à New York et à chercher du travail sur les planches. «C'est alors que mon agent m'a appelée et m'a dit: «Pourrais-tu faire de la télé?» Et moi de répondre: «Quoi? Ma personnalité au petit écran? Ça ne me correspond pas!» Elle s'est néanmoins rendue à l'audition pour Nikita où elle saisit un ballon de basket des mains du directeur de casting et l'envoya rebondir contre les murs; après quoi, elle s'est assise et a conquis le jury. Le rôle lui a tout de suite été offert.
 
«Quand j'ai commencé, je me suis dit: "Bon Dieu, qu'est ce que je suis en train de faire?" Je viens du théâtre. Mais maintenant que j'ai appris les techniques, je me rends compte que c'est difficile et beaucoup plus qu'un simple jeu fantaisiste. Il y a tellement de choses auxquelles il faut penser, comme par exemple le moment où doit arriver la pause publicitaire.»



P. Wilson a ce regard perdu qui la distingue de la plupart des actrices TV. Je le lui décris comme nordique, presque viking. Elle me reprend. «Nordique? Je crois que c'est mon côté écossais. Les Écossaises sont des filles bien. J'allais teindre mes cheveux en foncé, puis je me suis dit que les blondes étaient [des femmes] fortes. Mae West, Bette Davis. Les choses ont changé, maintenant il y a ce stéréotype qui caractérise les blondes. Je ne sais pas comment c'est arrivé.»

Je lui suggère Marilyn Monroe. «Alors tu prends ce qu'avait Marilyn Monroe, tu lui rajoutes du punch, et tu obtiens ce quelque chose d'autre. C'est peut-être mes origines australiennes. Je pense que les Australiens sont les Vikings des temps modernes.»

 


Alors que Peta Wilson est liée à Nikita pour encore trois ans, les propositions de film se présentent sur son chemin. Elle parle de faire mûrir un projet de film d'action qu'elle sera prête à jouer quand elle aura 35 ans (aujourd'hui elle en a 27), mais, pour le reste, elle est prudente. «Mon prochain choix se portera sur quelque chose qui nourrira ma créativité. Je commence déjà à être connue, ce n'est donc pas nécessaire de faire un film pour me faire remarquer, à moins que je veuille finir par me détruire dans un endroit pourri où je n'aurais pas de vie, et ce n'est pas ce dont j'ai envie. On m'a offert de grosses sommes d'argent, c'est vrai, mais bon, somme toute, c'est quoi ce dont on a besoin? Je mène une vie agréable».
 

Assez agréable que pour pouvoir se permettre une passion grandissante pour les voitures anciennes («Je possède une T-Bird de 1956, une Chevrolet Impala décapotable de 1958, et une Dodge de 1938»), mais apparemment encore très loin du niveau où règne une vision déformée de la réalité. Au moment de retourner sur le plateau de Nikita, elle dit: «Tu sais, à n'importe quel moment, cette vague sur laquelle je surfe va s'écraser, et j'ai intérêt à être prête pour la foutue dégringolade qui s'ensuivra. Je sais que tout cela pourrait s'arrêter à n'importe quel moment et que je me retrouverais dans le genre: "C'était qui encore, cette Peta Wilson?"»

 

Sur quoi, elle s'en va tourner la dernière scène de l'épisode final de la deuxième saison. Et conclut: «Je n'ai pas peur».



Traduction française par  © Michèle Brunel
 
 

 

Chers visiteurs,

Ce magazine comprend 7 pleines pages de photos (+1 + couverture) de Peta Wilson et fait  partie  d'une  collection-papier privée de 645  pages  de  journaux  &  magazines  (1990-2016)  qui  est

actuellement  EN VENTE SUR E-BAY.

 

 

 

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 21:08
 


 
 
1999


Après avoir grandi en Australie, le mannequin Peta Wilson s'est transformé en actrice en devenant Nikita à la télévision. C'est dans sa maison de Los Angeles, dans les collines de Hollywood, qu'elle nous a reçus.


Peta Wilson, comment avez-vous obtenu le rôle de «La Femme Nikita»?

Juste avant de tourner dans cette série, mon agent se lamentait, car aucun rôle ne me convenait réellement. Quand il a appris qu'on tenait une audition pour la version télévisée du film «La Femme Nikita», il m'a dit: «C'est maintenant ou jamais!» À l'audition, il y avait plus de 300 filles absolument magnifiques. J'ai dû montrer mes aptitudes en arts martiaux pour toutes les neutraliser!

N'êtes-vous pas lassée de jouer depuis trois ans le même personnage?

À la fin de la première saison, je me suis jurée de ne pas revenir dans la série. Je ne supportais plus les conditions de travail et les longues heures de tournage. Heureusement, les producteurs de la série ont dû modifier l'horaire de travail. Lors de la deuxième saison, j'ai exigé d'avoir un droit de regard sur le choix de mes partenaires, afin qu'on engage de meilleurs comédiens dans la série. Chaque année, j'accepte de revenir dans «La Femme Nikita», à condition de pouvoir faire évoluer les choses.

Malgré votre indéniable sensualité, d'où vient le fait que vous soyez parfois garçon manqué?

Mon père a été militaire. Je peux vous dire qu'on ne plaisantait pas à la maison. Même s'il était ravi d'avoir une fille, il m'a élevée comme un garçon. À l'école, j'étais plutôt réservée, mais il ne fallait surtout pas m'embêter. Je cogne comme un mec!

Est-ce la raison pour laquelle vous êtes si douée pour les activités physiques?

Oui. Mon père m'a donné le goût du défi. J'adore faire du sport; je suis imbattable au basket et en natation. Je pratique également des arts martiaux, en particulier le judo, depuis l'âge de 10 ans.

 
Source:
 
MAGAZINE 7 Jours / Spécial Téléromans
 


 
Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 20:26
 
 
Janvier 2001 
 
 
Vedette de NIKITA / «Je suis un garçon manqué»

 

Par HERVÉ TROPÉA

 

 

Source:

Article Magazine 7 Jours (2 pages)

 

 

Chers visiteurs,

Cet  article  fait  partie  d'une  collection-papier privée de 645  pages  de  journaux  &  magazines  (1990-2016)  qui  est

actuellement  EN VENTE SUR E-BAY.

 

 

 

 

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 20:05
 
 
28 août 1999


«Je souhaitais devenir comédienne, mais ça me faisait peur, parce que les acteurs me semblaient très narcissiques.»


Par FRANÇOIS HAMEL

 

Source:

Article Magazine 7 Jours  (12 pages, -1 manquante)

 

 

 

Chers visiteurs,

Cet  article  fait  partie  d'une  collection-papier privée de 645  pages  de  journaux  &  magazines  (1990-2016)  qui  est

actuellement  EN VENTE SUR E-BAY.

 

 

 

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 18:24
 
 
Mai 1999
 
 

 

 
Par NOEMIA YOUNG
 
 

 

Chers visiteurs,

Cet  article  fait  partie  d'une  collection-papier privée de 645  pages  de  journaux  &  magazines  (1990-2016)  qui  est

actuellement  EN VENTE SUR E-BAY.

 

 

Source:

Article Magazine 7 JOURS  (2 pages)

 

 

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 17:52
 
 
 
Octobre 1999


Peta Wilson - Nikita, la tueuse sexy de Fr2  (la chaîne télé France2)

 

PAR JAN JANSEN

 

 

 

 
Chers visiteurs,

cet  article  fait  partie  d'une  collection-papier privée de 645  pages  de  journaux  &  magazines  (1990-2016)  qui  est

actuellement  EN VENTE SUR E-BAY.

 

 

Source:

Article Journal ENTREVUE N°87 (5 pages)

 

 
Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 13:13
 

Peta-LOEG
 
 
 Transformée en vampire dans «La Ligue des Gentlemen extraordinaires», elle se déplace à la vitesse de l'éclair, transperce les chairs, les bois et les métaux, communique avec les chauves-souris. Dans la réalité, elle est une super maman pour Marlowe, son fils, alors âgé de 3 mois.

 

30 juin 2005

 

PAR FRANK ROUSSEAU

 


Seule femme de «La Ligue des Gentlemen extraordinaires», Peta Wilson campe, das ce film diffusé sur Canal + le lundi 4 juillet à 20h 55, une créature de la nuit, cruelle, puissante et terrifiante, contaminée par Dracula. Un tournage qui ne fut pas de tout repos pour la jeune maman.


Après Anne Parillaud et Bridget Fonda, elle a été la troisième actrice à incarner Nikita. Un rôle charnière pour la comédienne qui a fait sa première apparition en vedette dans «The Sadness of Sex».

Pour se glisser dans la peau de Mina Harker, le vampire de la Ligue, Peta a lu tout ce qui se rattachait à Dracula. Elle s'est interrogée sur ces femmes qui, en Europe de l'Est, pensaient que se baigner dans du sang humain conserverait leur jeunesse. Elle s'est aussi intéressée aux panthères et aux jaguars parce que, pour elle, comme les vampires, ils parviennent toujours à leurs fins, pour ensuite se relaxer dans un coin.

Une très belle composition, en tout cas, de l'actrice qui avait remplacé Monica Bellucci au pied levé.


Quel souvenir gardez-vous du tournage de «La Ligue»?

 

La voix incroyable de Sean Connery. Ses mains aussi. Elles étaient aussi douces que les fesses de mon bébé. Marlowe avait 3 mois à l'époque (il est né en février 2002) et je devais l'allaiter. Quand il avait faim, il criait et pleurait avec férocité. Je n'enlevais pas mon corset suffisamment vite pour le nourrir! Quand, plus tard, ses dents ont commencé à pointer, j'ai compris ce que ressentaient les victimes de Dracula...

 

Source:

Article Magazine CINÉ TÉLÉ-REVUE

 

 

 

L'article complet fait  partie  d'une  collection-papier privée de 647  pages  de  journaux  &  magazines  (1990-2016)  qui  est

actuellement  EN VENTE SUR E-BAY.

 

 

 



  

The League of Extraordinary Gentlemen / La Ligue des Gentlemen extraordinaires (2003)


Film américain réalisé par Stephen Norrington.


Avec Sean Connery, Nasseruddin Shah, Peta Wilson, Tony Curran, Stuart Townsend.


Allan Quatermain, grand aventurier parti à la retraite en Afrique, a été choisi pour diriger la ligue des gentlemen extraordinaires, une association de sept personnages légendaires réunis pour sauver le monde d’une terrible menace. La ligue regroupe le capitaine Némo, Mina Harker, la femme vampire, Rodney Skinner, l’homme invisible, l’agent secret américain Tom Sawyer, l’éternel Dorian Gray et le Docteur Jekyll et son Mister Hyde. Ils ont 96 heures pour faire échouer le plan de leur ennemi commun, le mystérieux fantôme. Le monstre se prépare à détruire Venise pour saboter une conférence réunissant les plus grands chefs d’État.


 


 
Repost 0

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Le seul site en français entièrement consacré à la télé-série La Femme Nikita (1997-2001). Avec Roy Dupuis et Peta Wilson. En hommage au génie, au raffinement et au talent de tous ceux qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette exceptionnelle et inoubliable série. Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à cet acteur québécois qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Recherche

Archives