Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 17:13

 

Crise  d'identité
 

Dans la discothèque, la musique bat son plein: ambiance salsa, rythmes endiablés, corps enlacés... Hélas, pour Michael et Nikita, la fête sera de courte durée.


Au sous-sol, une pièce, un ordinateur, des fichiers importants à détruire. Nikita s'y est faufilée et a mené à bien son opération de sabotage. Mais au moment de sortir, l'imprévu: la porte a été verrouillée, plus moyen de s'enfuir! Michael - qui montait la garde en haut des escaliers - est aussitôt envoyé à la rescousse... Et tombe ainsi dans le traquenard qui leur avait été tendu!

Assommé par derrière par deux hommes, il est traîné hors du club et conduit dans un laboratoire des plus sinistres... Lorsqu'il se réveille, c'est de l'intérieur d'une cage qu'il peut observer ses geôliers... Le temps d'un regard seulement, car une piqûre dans le cou a tôt fait de le plonger à nouveau dans un état second.


Pour Opérations, récupérer Michael n'est, bien sûr, pas une priorité absolue. L'important est d'arriver à ses ravisseurs avant qu'il ne parle... Quitte à le tuer, si nécessaire!


La piste mène à Orlando Perez, un des collaborateurs de premier ordre de la tristement notoire Cellule Rouge qui semble s'être spécialisé dans l'enlèvement d'agents de haut niveau. Mais la question est: qu'en fait-il exactement?


Nikita ne tardera pas à trouver la réponse. Ying Kam, une jeune femme travaillant pour Perez, a été capturée et «interrogée» par Madeline. L'homme est localisé: la Section One peut passer à l'action.


"Pour  qui  travailles-tu,  Michael  Samuelle?  Voyons  si  tu  vaux  la  peine  qu'on  te  tienne  en  vie"


Pour Michael, le supplice a commencé; le spectacle est effarant. La machine à laquelle il a été «fixé» est destinée à lui faire dire «toute la vérité, rien que la vérité»; et les substances qui lui sont injectées... prêtes à lui reprogrammer complètement - ou endommager définitivement - le cerveau.


L'inévitable sera évité de justesse: une équipe a fait irruption dans le repère de Perez au moment précis où Michael, poussé par les drogues dans ses derniers retranchements, commençait à fournir des renseignements. Mais le combat s'avère plus rude que prévu. Quatre agents sont tués, et Perez réussit à prendre la fuite... laissant Michael aux mains de... Nikita qui, partie à sa recherche, est parvenue jusqu'à lui.


La suite nous fera découvrir un nouveau Michael; ou plutôt, un autre Michael... sorti d'un rêve pour certains, «imbuvable» pour d'autres!


"Pourquoi  ce  flingue?" - "Et  pourquoi  t'arrêtes  pas  de  m'appeler  Michael?"


Personnellement, s'il est un épisode que j'aimerais pouvoir rayer de la série, c'est bien celui-ci... L'image d'un Michael réduit à une larve m'est insupportable!!! Le voir perdu, diminué, l'air hagard et hébété, peureux et obligé de suivre Nikita comme un petit chien, relève de l'impensable et m'irrite profondément. Car, oui, notre bel et brave héros est non seulement devenu amnésique mais souffre, en plus, d'un dédoublement de personnalité... Le voilà maintenant fragile, romantique, doux comme un agneau et, comble de tout,... mendiant l'amour de Nikita!!! Bref, l'écroulement total! Élément à rééduquer de toute urgence...


... Et de préférence, avant qu'Opérations ne se rende compte de son état...


Nikita, sa «nouvelle amie et infirmière», lui prélève du sang et met Walter dans la confidence. Bien. Espérons qu'il trouve le remède miracle et que Michael reprenne au plus vite ses esprits! Mais, dans l'attente, celui-ci devra forcément «jouer aux agents anti-terroristes», car la mission est loin d'être terminée: Orlando Perez court toujours...


Notre gentil toutou se voit donc contraint d'endosser l'habit de Michael: incapable de trouver le chemin de son propre bureau, il refait ses premiers pas accroché à Nikita qui lui apprend comment tenir une arme, à utiliser ses émetteurs et à se mettre sur la bonne fréquence... (Excusez le sarcasme, chacun a sa perception des choses, et ma description pourrait ne pas correspondre à celle d'autres personnes qui ont tant aimé, dans cet épisode, le Michael à l'eau de rose, tendre, délicieux, attachant et «mignon tout plein»)...


Départ pour l'Allemagne. Direction: un luxueux cercle privé où seuls quelques élus - dont Michael, sous une fausse identité, fait partie - sont admis. Perez est censé s'y trouver et il faudra le débusquer. Guidé d'une part par Birkoff, et d'autre part, sur un autre canal sécurisé, par Nikita (qui lui fait office de chauffeur), c'est pratiquement «en balbutiant» et «en frappant à la porte» qu'il pénétrera dans la bibliothèque où se planquent ses adversaires... et qu'il parviendra à se faire tirer dessus! Il faudra les renforts et l'intervention de Nikita pour que la bande soit capturée, Michael n'ayant pas su dégainer à temps...


Blessé, il est donc transporté à l'infirmerie, mais cette fois, son comportement bizarre a éveillé les soupçons de Paul (Opérations) et Madeline... à qui il n'échappera pas s'il ne se reprend pas... Nikita veille sur lui, dans l'angoisse: ils ont huit heures devant eux avant que le médicament - un puissant psychotrope - délivré par Walter fasse - ou non - son effet...


"T'ai-je  jamais  dit  que  je  t'aimais?"



L'intensité de cette dernière scène, la douceur de l'accompagnement musical et la beauté du visage de ce Michael impuissant mais jamais perdant, étendu sur son lit d'hôpital, seront finalement parvenues à me faire regretter mes relans d'ironie! Superbe comme toujours dans ses expressions, on se rappelle vite de «ô combien!» de talent il aura fallu à cet acteur pour nous interpréter un rôle aussi ingrat et surmonter avec brio une situation si peu honorable. De mon coeur, il est sorti indemne.


Ouf, «tout est bien qui finit bien». L'antidote a fait son effet. Nikita peut enterrer ses illusions: Michael a effacé de sa mémoire... toute trace de faiblesse et de dépendance affective!


Et nous, téléspectateurs passionnés, pouvons nous délecter à l'avance: l'épisode qui va suivre est un des plus chaudement acclamés de la série!!!


© Michèle Brunel  (Cet article est protégé par   

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Épisodes Saison 2
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • La Femme Nikita, chef-d'oeuvre inachevé
  • : Un hommage fort et pleinement mérité au génie, au raffinement et au talent de tous ceux et celles qui ont su inventer, réaliser, produire et interpréter cette remarquable, unique et inoubliable série qu'est «La Femme Nikita». Petit clin d'oeil particulier aussi (et surtout) à l'acteur québécois Roy Dupuis qui a miraculeusement débarqué dans ma vie au bon moment...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives